Acclamée autant pour la richesse de sa voix que pour sa vibrante présence scénique, la mezzo-soprano canadienne Michèle Losier cumule les succès sur les plus grandes scènes d'opéra. Décrite par la critique comme un « trésor vocal », « lumineuse » et « bouleversante », elle mène une brillante carrière des deux côtés de l'Atlantique.

Portrait de Michèle Losier, ©Domino Postiglione.
©Domino Postiglione

La saison 2017-2018 verra Michèle se produire dans Benvenuto Cellini de Berlioz à l'Opéra Bastille, de retour dans Così fan tutte avec Philippe Jordan au Palais Garnier, et tenir le premier rôle dans Cenerentola à l'Opéra de Lyon et dans l'Heure espagnole de Ravel à l'Opéra Bastille. Elle chantera également Marguerite dans la Damnation de Faust de Berlioz dans le cadre du Festival d'Édimbourg.

Récemment, Michèle a chanté Dorabella à l'Opéra de Paris dans le cadre d'une retentissante production de Così fan tutte dirigée par Philippe Jordan et mise en scène par la chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker. Elle a donné de nombreux concerts dans son Canada natal, notamment dans le cadre du Festival International de Lanaudière, avec entre autres l'Orchestre symphonique de Montréal et l'Orchestre Métropolitain.

On a pu l'entendre à Melbourne dans la Missa solemnis de Beethoven, au Théâtre royal de la Monnaie dans Béatrice et Bénédict de Berlioz, à Londres avec l'Orchestre symphonique de la BBC et Sir Andrew Davis dans Roméo et Juliette de Berlioz, et dans le rôle de Mercedes dans Carmen au Royal Opera House. Au cours de l'été 2015, Michèle a chanté le rôle-titre dans Carmen dans le cadre de la Virée classique avec Kent Nagano et l'Orchestre Symphonique de Montréal.

Ces dernières saisons, on a pu l'entendre dans les rôles d'Ascanio (Benvenuto Cellini) à l'Opéra National des Pays-Bas, de Médée (Charpentier) au Théâtre des Champs-Élysées et à l'Opéra de Lille, du Prince Charmant (Cendrillon) à l'Opéra-Comique, de Nicklausse et de la Muse (Les Contes d'Hoffmann) en concert à la Salle Pleyel à Paris, au Teatre del Liceu et à Tokyo, de Phébé (Castor et Pollux) à l'Opéra-Comique, au Théâtre des Champs-Élysées et en tournée avec l'ensemble Pygmalion, de Sesto (La Clemenza di Tito) au Staatsoper de Vienne et au Théâtre royal de la Monnaie, de Dorabella (Cosi fan tutte) au Théâtre des Champs-Élysées, au Royal Opera House et au Festival de Salzbourg, et de Siebel (Faust) au Royal Opera House et au Metropolitan Opera.

Elle a également interprété les Nuits d'été de Berlioz en tournée européenne avec Emmanuel Krivine et la Chambre Philharmonique, et s'est produite à l'Opéra de Sydney et à l'Opéra de Montréal dans le rôle de Charlotte (Werther), au San Francisco Opera et au Washington National Opera dans le rôle de Cherubino (Le Nozze di Figaro) et sur différentes scènes d'Europe avec Marc Minkowski et les Musiciens du Louvre dans le rôle de Ruggiero dans Alcina (Handel).

Lauréate aux Auditions du Metropolitan Opera en 2005, Michèle a fait ses débuts dans la prestigieuse maison d’opéra new-yorkaise en 2007 dans Iphigénie en Tauride, où elle a chanté Diane sous la direction de Louis Langrée. À la suite de son succès au concours musical international Reine-Élisabeth-de-Belgique où elle a été lauréate en 2008, elle s'est produite dans une tournée de récitals à travers l'Europe et a enregistré les mélodies de Duparc avec le pianiste Daniel Blumenthal. Le disque a paru en 2009 sous étiquette Fuga Libera.

Lire les critiques

Michèle Losier dans le rôle de Carmen de Bizet.
Carmen, Virée classique OSM ©J-F Hamelin

Voir les vidéos

En concert, ses projets ont inclus l'Enfance du Christ de Berlioz et la création d'une oeuvre de Gilles Tremblay avec Kent Nagano et l'Orchestre Symphonique de Montréal, la 9e Symphonie de Beethoven avec l’Orchestre Métropolitain de Montréal, le Toronto Symphony Orchestra, et le Seattle Symphony Orchestra, Shéhérazade de Ravel à Doha avec le Qatar Philharmonic Orchestra, Les nuits d'été de Berlioz en Ohio avec le Colombus Symphony Orchestra, les Kindertotenlieder de Mahler en Belgique, la Petite Messe Solennelle de Rossini à Montréal pour la Société André-Turp avec l’ensemble Viva Voce, le Requiem de Mozart en tournée américaine avec les Violons du Roy et une participation au May Festival de Cincinnati. Elle a aussi donné un récital consacré à Berlioz, Hahn, Obradors et Grieg dans le cadre du Festival de Lanaudière en juillet 2008.

Michèle s'est également produite dans les rôles de Nicklausse au Boston Lyric Opera, Wellgunde (Das Rhinegold, Götterdämmerung), Grimgerde (Die Walküre) et Diane (Iphigénie en Tauride) au Seattle Opera, Dorabella au Arizona Opera, Donna Elvira (Don Giovanni) au Palm Beach Opera, Suzuki (Madama Butterfly) au Pacific Opera, ainsi que Mrs Grose (The Turn of the Screw), Lazuli (L'Étoile) et Mercedes (Carmen) à l'Opéra de Montréal, rôle dans lequel elle a également fait ses débuts à la Scala de Milan sous la direction de Daniel Barenboim. Elle se distingue en concert dans les oeuvres sacrées de Rossini, Vivaldi, Handel, Dvorák et Bach et en récital dans les oeuvres marquantes du répertoire de la mélodie et du lied, de la musique ancienne aux créations contemporaines.

Depuis ses débuts en 2002 à l'Opéra d'Avignon dans le rôle de Dorabella, elle a travaillé avec de nombreux chefs prestigieux tels que Louis Langrée, Patrick Fourmilier, Emmanuel Plasson, Marc Minkowski, Jérémie Rhorer, Stephane Denève, Emmanuelle Haïm, François-Xavier Bilger, Sebastian Lang-Lessing, Nicola Luisetti, Daniel Barenboim, Sir Colin Davis, Evelino Pido, Placido Domingo, James Conlon et Yannick Nézet-Séguin.

Diplômée de l’Université McGill, Michèle Losier a été membre du Merola Opera Program à San Francisco, de l’Atelier Lyrique de l’Opéra de Montréal et du Studio d’Opéra de la Juilliard School à New York. Elle a reçu de nombreuses bourses et subventions, notamment de la Fondation Jacqueline Desmarais, du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada et du Conseil des Arts et des Lettres du Québec, de la Guilde des musiciens de Montréal ainsi que de la Fondation Sylva-Gelber. Elle a remporté le premier prix au concours des Journées de la Musique française en 2000, le premier prix en chant au Concours de musique du Canada en 2001 et a été finaliste au Concours des Jeunes Ambassadeurs Lyriques du Canada pendant plusieurs années. En 2004, on lui a décerné le premier prix en mélodie française et le troisième prix en opéra au Concours International de Chant de Marmande en France et le deuxième prix au concours de l’OSM Standard Life au Canada.

Portrait de Michèle Losier - ©Edwin Tse.
©Edwin Tse

Voir les photos